Cine Club en frances


FACEBOOK

TWITTER

EMAIL

GOOGLE CALENDAR







LEKUA

Sanduzelaiko liburutegi publikoa

HASIERA-DATA

16/01/2020

AMAIERA-DATA

26/03/2020

ORDUTEGIA

19:45

ARGIBIDE GEHIAGO

Frantsesezko Zinema Klubak jarraituko du 2016ko martxoan abiatutako erreferentziazko filmei buruzko eztabaida-saioak frantsesez egiten, Sanduzelaiko liburutegian / Civivoxean. Ramón Herrera kazetari, zinema-dibulgatzaile eta irakasleak koordinatuta, hilabete bakoitzeko hirugarren ostegunetan, 19:30ean, honako film hauek hartuko dira hizpide: Au revoir les enfants, L´argent eta Journal d´un curé de campagne.

Izen-emateak (doan), Sanduzelaiko Liburutegi Publikoan (Gortari doktorearen plaza, 2-beheko solairua. 31012 Iruña). Argibide gehiago eskatzeko, 948 12 51 08 telefonora deitu. biblisjo@navarra.es. www.bibliotecaspublicas.es/sanjorge.

Eztabaidagai hartuko diren filmak:

Urtarrilak 16, osteguna. 19:45
Au revoir les enfants (Louis Malle, 1987)
1944, Julien est pensionnaire dans un collège catholique. Il découvre Jean nouveau venu, fier et secret. Julien et Jean se prennent peu a peu en amitié. Cependant ce lien ne pourra jamais s’épanouir. La Gestapo débarque un jour au collège et arrête le Père Jean et les trois enfants juifs qu’il avait cachés parmi ses petits catholiques.

Otsailak 20, osteguna. 19:45
L´ argent (Robert Bresson, 1983)
Suite au refus de son père de lui donner de l’argent, Norbert obtient un faux billet de 500 F. Accompagné de Martial, qui lui a fourni le faux billet, il va écouler l’argent chez un photographe. Ce dernier s’aperçoit trop tard de la supercherie et refile le billet à un livreur, Yvon. A partir de cet acte d’égoïsme si banal, un implacable engrenage se met en route qui va entraîner Yvon, le broyer.

Martxoak 26, osteguna. 19:45 * 
Journal d´un curé de campagne (Robert Bresson. 1951)
Un jeune prêtre que brûle la passion de son apostolat et que ronge, à son insu, la maladie, s’installe dans sa première cure, à Ambricourt, un petit village du Nord de la France. D’emblée, ses paroissiens ne lui manifestent qu’indifférence. Pensant trouver un meilleur accueil au château, il doit bientôt déchanter. Le comte a une liaison avec l’institutrice, et la comtesse vit recluse, révoltée contre Dieu depuis la mort en bas âge d’un de ses enfants.